Les chroniques de Loly

Les chroniques de Loly

L’ombre et le silence pour complices

Quand tout semble vide de sens et que la seule émotion qui reste est un puits sans fond de doutes et de tristesse, il faut l’ombre et le silence pour accompagner sa peine.

Nous sommes toujours seuls face à nos sentiments. On peut toujours les partager, les exprimer, mais ce qu’ils provoquent en nous est unique, indescriptible et parfaitement subjectif. Affronter ses démons, ça n’a rien à voir avec le courage, c’est d’abord une question de volonté, mais aussi de méthode.

 

Se recentrer sur soi-même. C’est tout au fond de soi qu’on trouve les réponses, pas dans l’histoire des autres qui ne peuvent pas savoir ce que vous ressentez, parce qu’un sentiment nommé de la même façon par deux personnes différentes ne provoque pas les mêmes réactions : ce qui est perçu comme positif pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre.

 

Se faire confiance. Notre corps, notre cerveau, notre cœur, savent envoyer les signes qu’il faut, il s’agit de les écouter et de les accueillir comme faisant partie de nous, de notre histoire et notre personnalité. Même une émotion qui provoque un sentiment négatif est constructive parce qu’elle nous appartient et fait de nous ce que nous sommes.

 

Se poser. Seul. Dans le noir. Loin du vacarme et du rythme quotidien, qui pulse tel un métronome malin, silence absolu, juste cette petite voix intérieure qui souffle les questions qui sont la clé d‘un équilibre entre nos envies, nos possibilités et finalement nos actes.

 

Observer simplement. Les questions qui nous envahissent ne trouvent pas forcément leur réponse dans une analyse alambiquée. Inutile d’ouvrir un bouquin de psychologie pour décrypter nos alarmes intérieures : avoir mal au dos signifie souvent qu’on supporte une charge trop pesante, tout simplement.  

 

Lâcher prise. Se recentrer sur soi ne signifie pas qu’on soit égoïste, au contraire. Pour être en harmonie avec les autres, il faut être en paix avec soi-même, et pour ça il faut cesser de penser que nous devons absolument faire ce que notre entourage attend de nous pour être quelqu’un de bien. Lâcher prise c’est se défaire d’une emprise, quelle qu’elle soit.  

 

Oublier. Même si c’est juste un instant, ne ressentir que le temps présent. Le passé est notre fondation. Le futur n’est que supposition. Le présent se vit.

 

S’aimer. L’estime de soi est primordiale parce que la perception qu’ont les gens de nous est à l’image de celle que nous avons de nous même. Pour ça on s’ouvre à soi même : on oublie nos défauts pour se concentrer sur nos qualités. Et on s’ouvre aux autres aussi : laissons-les nous dire pourquoi ils nous aiment. On est souvent plus juste avec les autres qu’avec soi-même !

 

Il y a bien d’autres conseils qui peuvent aider à mener une introspection, mais là encore il s’agit de se faire confiance : nous sommes les mieux placés pour savoir comment trouver notre chemin vers notre équilibre.

 

meditation-zen.jpg



07/09/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres