Les chroniques de Loly

Les chroniques de Loly

Tomber amoureux...juste une question de chimie organique ?

Dans les contes de fée, une femme tombe éperdument amoureuse d’un homme au premier regard, un homme ressent un désir incontrôlable et infini pour une femme, et plein de beaux bébés naissent dans les années qui suivent. Evidemment ils meurent main dans la main.

Dans la vraie vie, un homme et une femme tombent éperdument amoureux…à la première odeur.  Encore que ce n’est pas tout à fait exact, puisque je parle là des phéromones, et qu’elles n’ont précisément pas d’odeur, sauf pour votre bulbe rachidien qui peut « décoder » votre empreinte olfactive. Ah oui, c’est beaucoup moins romantique que la première version.

 

C’est la première étape, avant le vrai coup de foudre amoureux. La suivante, c’est la décharge d’adrénaline que reçoit le corps à la vue de l’autre, à entendre sa voix ou à humer son parfum. Elle permet la sécrétion d’une amphétamine encéphalique nommée phényléthylamine (ou PEA), véritable hormone du plaisir. On la trouve aussi dans le chocolat, c’est pour vous dire. Elle provoque l’euphorie et décuple l’énergie. Sauf que pour n’importe quelle drogue, les effets ne durent pas…

 

Pas de panique ! C’est là qu’entre en jeu l’ocytocine. Sécrétée naturellement par l’organisme, elle peut être déclenchée par un câlin, un baiser, et même une pensée. C’est l’hormone qui vous lie physiologiquement mais aussi émotionnellement à l’être aimé. C’est aussi elle qui déclenche les contractions lors de l’accouchement… Mais comme pour la PEA, le taux d’ocytocine diminue avec l’accoutumance…Décidemment ! Heureusement que la sérotonine, hormone du sommeil et de la régulation de l’humeur assure un relai auprès de l’être chéri.

 

Et en plus il y a l’effet Coolidge…

 

L’effet Coolidge, confirmé chez plusieurs espèces animales, a été mis en évidence en premier chez le rat. Il s’agit d’un phénomène de performances sexuelles répétées d’un mâle lorsqu’une nouvelle femelle est disponible. Autrement dit, il ne peut s’accoupler plusieurs fois de suite avec la même femelle, mais retrouve toute son énergie avec une nouvelle partenaire…

 

Pas très glamour hein ? Ah ça, on est loin du conte de fée.

 

Et le romantisme dans tout ça ?

 

Il suffit peut-être de le vouloir. Voyons, tomber amoureuse c’est…trembler, mais pas de froid, c’est même plutôt agréable. C’est un frisson qui remonte le long du dos et s’attarde au creux des reins, comme le frémissement de la peau au contact d’un tissu léger et doux. C’est le battement d’aile de milliers de papillons qui effleure le ventre et procure une étrange sensation d’engourdissement. C’est le cœur qui s’emballe, qui part au galop vers une destination inconnue et c’est à la fois terrifiant et terriblement excitant. Les sens se retrouvent sens dessus-dessous, totalement déroutés, mais en alerte. C’est l’impression que le monde environnant vous absorbe, vous imprègne de sensations à la fois douces et frénétiques. C’est l’intime conviction que rien ne sera plus comme avant, mais que ça va être mieux, parce qu’on n’aura plus jamais peur d’être suspendu au-dessus du vide, cette fois le vertige n’est que plaisir.

 

Oui, bon, c’est peut-être un peu édulcoré, mais c’était la version spéciale filles. Restons sur la conviction que c’est un savant mélange des deux.

 

 

amour-quartz-rose1.jpg



09/07/2015
3 Poster un commentaire