les ailes du désir, les chroniques de Loly

les ailes du désir, les chroniques de Loly

Nouvelle en 2016

Drôle d’année qui s’achève sur un 31 décembre sous un soleil presque irrationnel.

 

Notre année commune, nous l’avons commencée dans l’horreur et finie dans l’horreur, face à l’inimaginable. Détestable parce qu’elle était absurde.

 

Et puis chacun a vécu son année, avec son lot de joies, de déceptions, d’échecs et de réussites.

 

J’ai vécu des moments intenses, portée par des personnes qui ont fait de moi quelqu’un de différent, plus sereine sûrement. J’ai perdu des personnes proches, certaines emportées par la maladie ou la vieillesse, d’autres se sont éloignées, simplement. J’ai gagné un complice de mes solitudes nocturnes, tandis que je perdais un compagnon de route.

 

J’ai découvert que j’avais plus de forces que je ne l’imaginais, mais ça ne m’a pas empêchée de baisser les bras parfois. Je me suis relevée, de nouveau écroulée, relevée encore. J’imagine qu’un jour je réaliserai que j’ai tiré une leçon de ça.

 

J’ai fait des erreurs. Beaucoup. Certaines je les ai faites plusieurs fois, pour être sûre. J’ai menti, j’ai avoué, mais les mensonges ne sont que l’expression d’une vérité qu’on a ses raisons de cacher alors j’ai appris à me pardonner, et c’est beaucoup plus difficile que de pardonner aux autres.

 

J’ai ouvert les yeux sur une réalité que j’avais occultée, par naïveté, par confort peut-être. On veut tous y croire, quel que soit le fantasme. J’ai fait un choix entre les apparences et l’intérêt de voir au-delà.

 

J’ai aimé à en crever, autant que j’ai haï.

 

J‘ai ri, j’ai pleuré. J’ai partagé des émotions, échangé des regards sensés être anonymes et pourtant lourds de sens. J’ai tremblé de peur, de joie, d’ivresse, d’excitation. J’ai accueilli chaque émotion sans l’analyser, simplement comme elle venait. Certaines m’ont ébranlée, d’autres m’ont renforcée, toutes m’ont enrichie. Tout comme les livres que j’ai lus, les films que j’ai vus, les rencontres que j’ai faites, chaque expérience a construit un peu plus le tissu émotionnel que je suis, en entremêlant le bon et le mauvais dans une savante alchimie humaine. Je ne suis plus celle que j’étais hier. Je ne suis pas celle que je serai demain.

 

Je ne peux pas dire que j’aie vécu un ou des événements marquants cette année. J’ai vécu 365 jours faits de petits bonheurs quotidiens. On a la vie qu’on se crée. On peut se laisser porter, sans jamais s’ancrer à rien, on peut tout voir en noir et blanc et occulter les couleurs, tout comme on peut faire le choix de capturer des instants de vie, de les accueillir au creux de soi et d’y voir la magie.

 

Je vous souhaite de voir cela. 

 

bubbles-530x351.jpg
Belle année à tous 



31/12/2015
2 Poster un commentaire