Les chroniques de Loly

Les chroniques de Loly

Loly fait son cinéma

 

Il fut un temps où j’aurais dit que pour 11 €, il n’était pas question de me déplacer au cinéma pour voir autre chose qu’un blockbuster, en prendre plein la vue et les oreilles, et en avoir, du coup, pour mon argent. Mais quand on a des enfants, les règles changent. Il faut trouver un film qui puisse convenir à tout le monde, alors on oublie le gore, le trop bruyant, les cascades qu’ils risquent de vouloir reproduire à la maison, le scénario alambiqué qu’il va falloir expliquer, et les Hot d’or. Avec eux j’ai même fini par me déplacer pour voir des films français…

 

Dimanche après-midi pluvieux. Un jour à aller voir les Tuches 2 (z’avez vu, ça rime).

 

Humour potache aussi gras que les frites. Caricature poussée à l’extrême borne des limites, Maurice. Paraît qu’il y a un scénario, pour faire genre d’avoir une question sociale à débattre, et même une morale, comme si c’était une fable moderne, dis donc.   

 

Pétard ! Qu’est-ce que c’est bon de se poiler dans une salle blindée de Français qui s’auto-flagellent devant une parodie franchouillarde du bouzollais moyen.

Et c’est admirable parce que ça fait rire, simplement, et que le rire c’est une expression universelle, infantile et sincère.

C’est noble parce que c’est con mais que ça nous amène à l’autodérision.

Et c’est pas cher de se marrer pour 11 €, parce qu’il paraît qu’un fou rire ça équivaut à manger un steak (jamais compris cette comparaison) mais pour ce prix là, tu ne manges pas chez Buffalo Grill.

 

Voilà, c’était la critique hautement intellectuelle d’une comédie faussement débile. Pour notre plus grand plaisir (la comédie, pas ma critique).

 

 

maxresdefault.jpg

 



08/02/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres