Les chroniques de Loly

Les chroniques de Loly

Génération Kleenex

Aller vite, tester, puis se débarrasser si ça ne convient pas, aujourd’hui c’est tendance.

 

Revendre ses cadeaux de Noël sur le bon coin, ça ne choque plus personne. Faire un vide grenier  en ligne, là c’est carrément courant. Jeter un appareil plutôt que d’essayer de le réparer…réparer ? Mais pourquoi faire ? Raccommoder un vêtement…HA HA HA !!!

 

Magasins discount, Internet, la génération Kleenex a accès à tous les moyens pour acheter sans essayer, sans dépenser des fortunes, anonymement parfois, et à la vitesse de l’éclair. Le manque de temps, la vie trépidante des jeunes étudiants ou salariés qui s’agitent entre leurs diverses activités, loisirs (facilités par Internet), travail, études, et soirées pizzas entre potes sont autant de facteurs d’intérêt pour ces pratiques qui ne demandent pas beaucoup d’investissement, ni en temps, ni humainement.

 

Avec l’essor des réseaux sociaux, même la drague se fait désormais par écran interposé. Depuis qu’on a le droit d’adopter un mec soigneusement choisi dans un magasin en ligne, tout est permis, c’est Internet qui le dit.

 

J’oscille entre une ouverture d’esprit, une libération des mœurs, et donc un progrès dans la facilitation des relations humaines, et le regret d’avoir perdu ce moment précieux et excitant annonciateur d’une future relation : se faire la cour. Oui je suis old fashioned, mais je crois qu’on peut aussi consacrer un peu de temps dans sa relation aux autres pour les découvrir avant de se lancer dans une amitié ou un amour sans lendemain. A moins que ça ne soit le but, bien sûr. C’est surtout dommage d’avoir mis de côté ces échanges, verbaux ou physiques, qui font monter la pression, tout doucement. Un baiser qui électrise les sens, un effleurement qui provoque un frisson de la pointe des pieds jusqu’à la nuque, un souffle dans le cou qui donne chaud, un compliment qui gonfle le cœur…

 

Passer à côté c’est comme se passer des préliminaires lors d’une relation charnelle. Ou alors je suis romantique. Mais il s’agit là de sentiments, et d’êtres humains sensibles, pas d’une photo numérique qu’on supprime parce qu’elle est un peu floue. Les relations humaines sont complexes, on n’a jamais dit que c’était facile. S’attarder un peu plus sur une photo floue c’est lui donner une seconde chance de devenir, pourquoi pas, une photo d’Art, tout comme apprendre à connaître l’autre n’est pas une perte de temps, c’est construire une base à la relation qu’on envisage et lui donner la chance de grandir.

 

Tout dépend des objectifs, certes, mais il me semble que d’aller trop vite (avant, pendant et après d’ailleurs), augmente le risque de ne jamais trouver le compagnon de route qu’on cherche parce qu’il est plus facile d’être éternellement insatisfait que de prendre son temps pour que ça fonctionne.

 

Enfin, je rappelle que si vous vous débarrassez d’un compagnon encombrant, il n’existe pas encore de container de recyclage, alors, réfléchissez un peu avant…

 

 

téléchargement.jpg



09/03/2016
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres