Les chroniques de Loly

Les chroniques de Loly

Dédicace

Voilà plusieurs minutes que je reste là, la plume en suspens, dans l’attente d’une réponse à une question silencieuse et non exprimée, si ce n’est par ma propre conscience : puis-je te considérer comme un ami ?

 

Pour espérer trouver un indice qui me permettrait de dire oui, j’ai exploré mon cœur, et voici ce que j’y ai trouvé : d’abord des émotions. Un raz de marée qui submerge mes intentions les plus vaillantes. Tristesse, joie, désir ou trouble, elles me traversent, me remplissent et m’enrichissent sans que je ne puisse les maîtriser, d’ailleurs je n’en ai aucune envie. Ensuite, un appétit sans cesse inassouvi. L’envie d’en avoir plus. La curiosité. Puis la sérénité, un apaisement bienfaisant rien qu’en écoutant ta voix. Mais aussi le manque, ce vide terrible qui ravage le cœur, l’esprit, le corps, et se propage tel un poison quand ton absence est trop longue. Des sentiments violents, en somme, ambivalents, complexes et complémentaires. Tiens, cela me rappelle ce que j’ai posté précédemment. L’essence même d’une relation amicale. Sauf qu’il manque la dimension d’échange essentielle à l’amitié. Alors je dirais que tu es un compagnon de route, puisque tu es toujours là, pas à portée de main mais à portée d’esprit. Une sentinelle.

 

Mon très cher compagnon de route,

Tu l’ignores, mais tu es pour moi un réconfort dans les moments difficiles. Dans la vie nous avons des murs porteurs, dont le soutien indéfectible nous porte et nous relève quand ça va mal. Des parents, des amis, qui nous connaissent par cœur et qui nous aiment, malgré nos innombrables défauts et nos faiblesses. Et puis il y a nos passions, qui nous transportent et nous animent, nous apportant un peu de forces quand les nôtres s’épuisent. Ce genre d’appui qui parait futile à ceux qui ne partagent pas la même sensibilité mais qu’importe, tu es la dose de douceur dont j’ai besoin pour m’apaiser. En partageant tes talents et tes envies, tu m’apportes aussi cette drôle de sensation de flottement, de frénésie, comme une vibration intime. Presque un trip.

Tu l’ignoreras aussi, mais je te remercie pour ça.



12/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres