Les chroniques de Loly

Les chroniques de Loly

Avant Première

Je ne suis pas un salaud

 

Ça aurait pu être casse-gueule. Le genre de film qui dépeint un salaud ordinaire dans une société en plein chaos. Un film chiant, en somme, parce qu’il est l’exact reflet de ce qui se passe à notre porte et qu’on n’a pas forcément envie de le savoir, justement.

 

Sauf qu’il s’agit d’une performance hors norme. Un Nicolas Duvauchelle sans fard, anti héros blafard qui nous fait osciller entre la pitié et le mépris. Une Mélanie Thierry bouleversante dans un très beau rôle de femme brisée par un amour absolu. Une réalisation nerveuse, qui bascule sans qu’on s’en rende compte dans un engrenage méchamment banal.

 

Je ne suis pas une cinéphile

 

Après la projection, la rencontre avec le réalisateur, Emmanuel Finkiel, a provoqué des réactions indignées de personnes représentant le système judiciaire et estomaquées de constater que le grand public ne croyait plus en la Justice. Quel scoop. Le débat sociétaire qui a suivi m’a donné envie de fuir.

 

Je ne suis ni magistrate, ni même cinéphile avertie, alors j’ai accueilli le film tel que je l’avais ressenti. Il est dur, sans concession, c’est vrai, mais juste et dénué de tout engagement politique ou de volonté à briser un système déjà fragile. Simplement humaniste. L’histoire est inspirée d’un fait réel, mais le héros dans la vraie vie n’est justement pas celui du film, et c’est là toute la subtilité.

 

La seule chose qui m’a déroutée c’est d’avoir espéré une morale pendant les trois-quarts du film, la voir arriver avec soulagement pour finalement la voir brisée par l’absurdité de la situation. Mais un film ne doit pas forcément se terminer par un happy end.  C’est comme dans la vie en fait.

 

Le film a reçu les prix de la meilleure mise en scène et du meilleur acteur au festival d’Angoulême. Sortie en salles le 24 février 2016.

 

 

Je-ne-suis-pas-un-salaud.jpeg



12/02/2016
0 Poster un commentaire