les ailes du désir, les chroniques de Loly

les ailes du désir, les chroniques de Loly

zoom sur... les jeux de rôle

La semaine dernière j’ai lancé un appel à sujets pour un prochain article, et me voilà plongée dans l’univers du jeu de rôle, que je ne connaissais absolument pas.

 

Mais d’abord, c’est quoi un jeu de rôle ?

Par définition il s’agit d’incarner un personnage dans un environnement fictif, par amusement.

 

J’ai demandé à Tyragrio (twitter @Tyragrio) de m’en dire plus :

 

« Le jeu de rôle se joue généralement avec un Maître du Jeu (MJ) et quatre joueurs, mais parfois aussi avec 2 MJ et huit joueurs, même si c’est plus rare. Il n’y a pas de profil particulier, tout le monde peut jouer. Il y a différents types de jeux de rôle :

- le jeu papier, qui se joue autour d’une table

- le jeu de rôle via ordinateur

-  le jeu de rôle textuel via les forums

- le jeu de rôle grandeur nature

Perso je pratique le jeu de rôle papier. Mon univers c’est plutôt la Fantasy, mais je n’ai pas de personnage favori car j’aime incarner toutes les classes. »

 

Le jeu de rôle papier, appelé aussi jeu de rôle sur table, est un jeu dans lequel les participants conçoivent ensemble une fiction par l'interprétation de rôles et par la narration, dans le cadre de contraintes de jeu qu’ils s’imposent : la règle du jeu, ainsi que le cadre imaginaire dans lequel se déroule le jeu sont définis. Par exemple un texte illustré peut servir de base. Dans les jeux « industriels », on trouve parfois des accessoires tels que clés, cartes, fiches personnages etc, mais on peut tout à fait le créer soi-même ; c’est même, à mon sens, la meilleure option pour évoluer dans l’univers que l’on souhaite. 

 

Un jeu de société, me direz-vous. « Absolument pas ! précise Tyragrio. Les plateaux de jeux de rôle ne se trouvent qu'en magasin spécialisé, c'est une différence essentielle avec les jeux de société que l'on trouve en grande surface.» Le jeu de rôle est spécifique et spécialisé

 

Bah oui, oseriez-vous dire à un amateur de cosplay qu'il est déguisé ? C'est là un parallèle que j'ai apprécié car il m'a bien fait comprendre le point de vue de Tyragrio.  

 

L’un des tous premiers jeux de table : le célébrissime Donjons et Dragons, créé en 1970 autour de l’univers médiéval/fantasy.

 

A la question « Quelles sont tes motivations ? », Tyragrio répond tout simplement :

« Passer des soirées entre amis et m’évader dans un univers imaginaire.»

 

C’est effectivement un objectif qui me paraît évident et très sain. D’ailleurs, le jeu de rôle n’est-il pas l’un des premiers pratiqués par les enfants, lorsqu’ils jouent à la maîtresse d’école, au vétérinaire ou au pompier ? S’imaginer dans la peau d’un.e autre, c’est pouvoir se projeter ailleurs, loin du quotidien, mais aussi se « tester » dans une situation inédite, et lorsqu’il s’agit d’évoluer dans un monde imaginaire, cela développe la créativité et la capacité d’adaptation.

 

Jeu-de-role-strategie-de-contenu.jpg

 

Et pour le jeu de rôle grandeur nature, cela va encore plus loin. Si la plupart des joueurs le considèrent comme un divertissement, ils peuvent être également orientés vers la performance théâtrale ou artistique. Certains évènements peuvent même être conçus dans un but pédagogique. Les reconstitutions historiques, par exemple, en sont un exemple brillant. 

 

Lorsque j’ai posé la question à Tyragrio « Y a-t-il des dérives possibles ? », il m’a répondu « sans doute », mais sans précision (peut-être juste parce qu’il n’y a pas été confronté, entendons-nous bien), alors j’ai navigué à la recherche d’infos, et j’ai trouvé…

 

…des choses assez effrayantes. Mais sont-elles justes ? Quelques drames ont défrayé la chronique, notamment aux USA mais aussi en France. Le jeu de rôle a souvent été montré du doigt pour son coté « sectaire » et pour les univers très décalés, ou violents, que l’on pouvait y trouver. Je ne suis pas psychiatre mais il me semble que les dérives sont toujours possibles chez des personnes instables. C’est comme pour les jeux vidéos. Ou le journal télévisé. Bref, un joueur stable socialement, mentalement, intellectuellement, sait faire la différence entre la fiction et la réalité. Sinon certains acteurs, les plus grands rôlistes qui soient, auraient vite fait de dériver (imaginez JCVD…) !

 

 

Les autres applications possibles

Le jeu de rôle est de plus en plus utilisé comme technique pédagogique et thérapeutique, car il développe l’expression corporelle et émotionnelle. Dans les formations où l’expression orale et comportementale sont essentielles, il n’est pas rare que le formateur propose des mises en situation aux stagiaires pour permettre l’analyse et la gestion de situations inédites. Certains domaines d’activité sont particulièrement tournés vers cette technique de formation (médecins, militaires, représentants…).

 

En psychiatrie, le jeu de rôle est pratiqué pour permettre au patient d’exprimer et de canaliser les phobies ou troubles compulsifs en minimisant l’implication émotionnelle : il s’agit de « transférer » ses émotions au personnage que l’on joue.  

 

A l’école, le jeu de rôle améliore la mémorisation des apprentissages par l’amusement en les rendant plus vivants et attractifs.

 

Il peut être aussi érotique et pratiqué pour mettre en scène un fantasme.  

 

 

En résumé

Divertissement, créativité, développement de soi, apprentissage, mémorisation… le jeu de rôle a tout pour séduire. Si vous souhaitez en savoir plus, allez faire un tour sur le site de la fédération française du jeu de rôle! www.ffjdr.org 

 

Loly 



16/01/2017
0 Poster un commentaire