les ailes du désir, les chroniques de Loly

les ailes du désir, les chroniques de Loly

Slimane à fleur de peau

Slimane signe un album quelques semaines après sa victoire à l’émission The Voice, et l’on pouvait craindre un produit commercial qui ne lui ressemble pas vraiment.

 

Sans pour autant connaître le garçon je ne pense pas que ça soit le cas.

 

 

Pochette-de-l-album-de-Slimane_exact1024x768_l.jpg

 

 

Avec des textes forts et sensibles, Slimane nous embarque dans un univers où chaque mot percute. Plus à l’aise avec des mélodies douces, me semble-t-il, et avec son phrasé si particulier qui n’est pas sans rappeler celui de Stromaé, il chante comme une griffure sur le cœur, toujours à la limite de le faire saigner.

 

Slimane est un écorché et ça se sent, d’ailleurs les titres qui me touchent le plus sont ceux qui évoquent les personnes qu’il aime, sa mère (Je serai là), son frère (Frérot), son grand-père (le Grand-Père), ou lorsqu’il rend hommage aux victimes des attentats (le Vide) . C’est ce qui me fait dire qu’il est un artiste sincère et qui ne joue pas.

 

Sa voix a déjà mûri depuis The Voice, ou peut-être est-ce tout simplement qu’il assume sa nouvelle liberté de chanter.

 

Je mettrais juste un bémol  au sujet des refrains que je trouve un peu légers par rapport à l’ensemble des textes pourtant riches.

 

Une jolie découverte qui j’espère se confirmera.

 

 



13/07/2016
2 Poster un commentaire