les ailes du désir, les chroniques de Loly

les ailes du désir, les chroniques de Loly

Qui es-tu Barbie ?

BARBIE EN CHIFFRES

2,5 ventes par seconde dans le monde

+ 1 milliard commercialisées depuis 1959

1 milliard de vêtements et accessoires vendus

90% des petites françaises entre 8 et 10 ans en ont au moins une

100% des petites filles américaines entre 6 et 11 ans en ont au moins une

 

 

QUI ES-TU BARBIE ?

Commercialisée par la société de jouets MATTEL en 1959, la poupée Barbie est une version directement inspirée mais plus sexuée de la poupée allemande Bild Lili, aux cheveux longs et blonds, yeux bleus et poitrine généreuse. C’est à partir de 1967 que sa chevelure prend d’autres teintes et que son style ethnique se diversifie et aujourd’hui il existe des poupées Barbie de presque toutes les ethnies. 

 

 

barbie.jpg

 

Comme n’importe quelle poupée, Barbie est avant tout un jouet éducatif. Si, si. C’est pour cela qu’au début de sa commercialisation, on trouve des Barbie baby-sitter, maîtresse d’école, hôtesse de l’air ou coiffeuse, dotée d’accessoires essentiellement tournés vers les enfants, la beauté, et la tenue de la maison. Rappelons-nous que nous sommes dans les années 60. Mais rapidement, Mattel propose des Barbie médecin, vétérinaire, astronaute ou policière. Et lui offre un petit ami.

 

A partir des années 80, on assiste à une diversification, et même à une certaine masculinalisation des métiers exercés par la petite poupée. La Barbie présidente fait également son apparition en 1992, dans le but, selon Mattel, d’inciter les petites filles à devenir des dirigeantes. Dans les années 2000 naissent les Barbie chauves (proposées dans les hôpitaux aux petites filles souffrant de cancer) et en fauteuil roulant (malheureusement non adaptés aux dimensions de la maison Barbie…), pour ne laisser aucune place à la discrimination. Aujourd’hui c’est la Barbie Curvy (comprenez « avec des formes ») qui fait son entrée dans l’univers de la poupée, pour mieux coller aux nouvelles tendances esthétiques projetées par la « star » Kim Kardashian (entre autres). Mais ne vous y méprenez pas, la Barbie Curvy est aussi une très lucrative opération marketing, puisque les vêtements de la Barbie classique ne conviennent pas à la Curvy… de quoi rebooster les ventes, en perte de + de 20% ces dernières années.

 

Barbie aurait donc plus qu’un corps, mais aussi un cœur et un cerveau, pour représenter toutes les petites filles du monde et incarner des valeurs nobles. Pour cela, on ne peut pas reprocher à Mattel de ne pas avoir essayer de s’éloigner de l’image de la bimbo cantonnée aux métiers de l’esthétique. Reste la plastique de la demoiselle, qui demeure bien loin de la réalité. Un site américain s’est d’ailleurs amusé à transposer la silhouette de Barbie sur une jeune femme. Le résultat est aussi édifiant qu’effrayant :

 

 

les-vraies-proportions-de-barbie-sur-un-corps.jpg

 

 

En gros (si j’ose dire), si Barbie existait réellement, elle serait en danger de mort, d’ailleurs de nombreux pédopsychiatres continuent à nous mettre en garde contre une tacite incitation à l’anorexie liée à la silhouette irréaliste de la poupée.

 

 

Pourtant...

...il s’avère que les mamans américaines ont fait part de leur inquiétude quant à cette nouvelle version, en soulignant qu’elles ne souhaitaient pas que leur petite fille y voit un message déguisé (« tu es ronde alors je t’offre une Barbie ronde pour que tu déculpabilises ») et même qu’elles craignaient que cela n’incite leur fille à ne pas faire d’effort sur leur apparence ! Oui, ce sont les parents les acheteurs, n’oublions pas qu’au final ce sont eux les décisionnaires de l’achat ou non du jouet désiré par leur progéniture, et cela conforte les psychiatres « anti-Barbie » dans l’idée que la poupée est un fantasme d’adulte, pas d’enfant.

 

Je pense que la poupée Barbie, comme tout autre jouet, conserve un pouvoir éducatif indéniable, et comme tout produit représentant l’être humain, il faut être vigilant à ce qu’il corresponde à des critères physiques, moraux ou éducatifs, réalistes et non discriminants. Mais n’est-il pas aussi de la responsabilité des parents d’apprendre aux enfants ce qui est réaliste et non discriminant ?

 

Finalement la perception de la Femme et de sa place dans la société dépend sûrement plus du comportement d’une maman ou d’un papa vis-à-vis de sa compagne que d’une poupée de vingt-neuf centimètres… 

 



19/10/2016
1 Poster un commentaire