les ailes du désir, les chroniques de Loly

les ailes du désir, les chroniques de Loly

Dernière lecture : A l’ombre de ton âme d’Elsa Gallahan

ombre.jpg

 

 

Je gagne rarement aux jeux, ce qui, d’après la maxime « malheureuse au jeu, heureuse en amour » (ou le contraire ?), ne peut que me réjouir. Ce qui ne m’empêche pas de participer quand même, puisque « l’espoir fait vivre ».

 

C’est donc au grand désespoir de Chéri qui a cru voir sa dernière heure arriver, du coup, que j’ai gagné un exemplaire numérique du livre d’Elsa Gallahan, A l’ombre de ton âme, sur lequel j’avais déjà louché, sans pour autant me décider à le lire.

 

J’hésitais à le lire parce que la trame de l’histoire infligeait à l’héroïne une épreuve que je ne connais que trop bien : le cancer. Si le sujet ne me fait pas peur, en revanche je n’ai pas spécialement envie de m’y replonger lors d’une lecture.

 

Après l’avoir lu, j’hésitais encore plus à en parler sur ce blog, car je n’ai pas pu adhérer à la fin du récit, qui m’a vraiment déçue, mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler. J’ai finalement dit à l’auteure que je n’écrirais pas d’article.

 

Mais comme  « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis », je me dis que ça ne serait pas juste d’écarter une auteure pour une réaction qui n’appartient qu’à moi, relative à ma seule histoire et mon ressenti, et d’en oublier le fond : la qualité de l’écriture.

 

Une histoire bien construite

Car il est bien écrit, ce récit, et bien construit aussi. L’histoire commence doucement, les personnages se mettent en place au fur et à mesure des événements, qui prennent une tournure qu’on n’attendait pas.

 

Mêlant romance et suspens, l’auteure oscille entre deux styles. C’est un peu déstabilisant au début mais finalement c’est ce qui garde le lecteur en alerte.

 

Des personnages attachants

On s’attache vite à Allanah, et son cancer n’y est pour rien, car la maladie ici n’est pas décrite de façon larmoyante. Alannah est une jeune femme à laquelle on peut s’identifier et qui ne souhaite qu’une chose : être heureuse. Comme nous toutes. Alastar aussi est attachant, même si j’avoue que son débordement d’amour m’a paru douteux dès le départ. Mais là où c’est admirable, c’est que l’auteure sème des indices qui laissent supposer qu’il est suspect (mais de quoi ?), tandis que l’héroïne démonte nos doutes aussitôt après. Les personnages secondaires, peu présents dans le récit, semblent étoffer l’histoire sans apporter un réel intérêt. Erreur ! Il faut toujours se méfier d’un personnage dormant. Là encore, l’auteure s’amuse à mettre le doute puis à nous dérouter.  

 

Du suspens

Tout au long de l’histoire, des événements viennent ponctuer l’histoire d’amour naissante entre les deux personnages d’un soupçon de drame. J’aurais même aimé que l’auteure accentue encore plus le harcèlement dont est victime Alannah pour en faire quelque chose de vraiment terrorisant. Mais là c’est la fan de thriller qui parle !

 

Et puis vient le final, surprenant. Un vrai pavé dans la mare parce que je défis quiconque d’y avoir pensé un millième de seconde.

 

Une jolie découverte

Elsa Gallahan est l’exemple type d’une plume prometteuse qui mériterait d’être mise en valeur par des canaux de diffusion plus larges, et je suis heureuse d’avoir gagné ce concours car je ne suis pas certaine que j’aurais acheté ce livre, un peu découragée par le thème mis en avant dans le résumé, et qui, s’il fait partie de la construction du personnage et peut effectivement expliquer la philosophie de vie de l’héroïne, n’a finalement pas grande importance dans le déroulement du récit qui prend un chemin très différent de ce qu’on peut supposer. Ne pas s’attarder au premier regard, donc. C’est en cherchant un peu que l’on fait de jolies découvertes.

 

 

07961477-photo-bibliotheque-de-vieux-livres.jpg



30/03/2016
2 Poster un commentaire